Traceur de chantier : lequel choisir ?

Traceur chantier, comment utiliser niveau laser, choisir laser rotatif

Que ce soit pour poser un carrelage, construire des fondations  ou plus simplement fixer un cadre : avant d’entamer des travaux de bricolage, il est nécessaire de préparer le terrain en délimitant les zones sur lesquelles vous intervenez. Crayon de carreleur, niveau laser, poudre à tracer :  à chaque tâche de mesure et de marquage un outil approprié. Comment s’y retrouver ?

La première étape du marquage est celle de la mesure : suivant la taille et la hauteur des éléments à mesurer, vous pouvez opter pour des outils de mesure classique (le dérouleur traditionnel d’un ou deux mètres). Sachez qu’il existe aussi des outils de mesure télescopiques qui permettent de travailler sur des surfaces hautes.

Laser de chantier rotatif

Pour que vos tracés soient droits, l’étape de mesure s’accompagne aussi d’une vérification de niveau. Certains travaux en hauteur  nécessitent par exemple l’acquisition d’un laser de chantier : un outil qui, une fois posé au sol, projette un faisceau lumineux rectiligne sur la surface à marquer.  Le plus : une visibilité qui permet de travailler à distance en plein air, même par temps humide. A cela s’ajoute le fait que les lasers de chantier sont automatiques : une garantie de haute précision pour un outil de pro.

Pack laser multi-usage pour des mesures automatiques

Vient enfin l’étape du traçage. Là aussi, suivant la surface à baliser, un type spécifique de matériel de chantier peut être requis. On privilégiera un aérosol pour les travaux en extérieur, pour ne pas que la pluie efface vos traces. Pensez aussi à la poudre à tracer, qui se conserve plus longtemps et est plus pigmentée. Vous pouvez enfin vous aider d’un cordeau traceur pour plus de précision. Gardez enfin à l’esprit qu’un simple marqueur peut souvent faire l’affaire !

Plus d’infos sur les outils de mesure sur www.bati-avenue.com

Laisser un commentaire

*