Plan d’actions sur l’efficacité énergétique : les généralités

Conformément à la directive européenne de 2012 relative à l’efficacité énergétique, la France a remis sa feuille de route à la Commission européenne. Ce plan d’action détaille les mesures à respecter, en particulier dans le domaine du bâtiment.

Les objectifs de réduction de la consommation énergétique

Dans le cadre de cette feuille de route, la France s’est fixé pour objectif de réduire sa consommation d’énergie d’ici 2020, avec deux volets : énergie finale et énergie primaire. Pour le premier volet, la consommation actuelle est de 155 Mtep. L’objectif est de la baisser à 131 Mtep. P

our le second volet, si la consommation actuelle est de 260 Mtep, elle devrait être réduite à 236.

Ces chiffres sont strictement nationaux, et ne tiennent donc pas compte du transport aérien non domestique. En ce qui concerne les réalisés, le plan d’action fait le point. Selon la directive ESD (European Savings Directive), le bilan est positif. Les économies entre 2007 et 2012 sont estimées à 9 Mtep (secteur tertiaire non inclus), contre 6,3 Mtep sur la période 2007-2011, alors que les cibles intermédiaires 2010 et 2016 étaient fixées respectivement à 5 et 12 Mtep.

Les dispositifs en place

En ce qui concerne les mesures dans le bâtiment, elles sont déjà connues. Le dispositif PREH (Plan de rénovation énergétique de l’habitat) permettra d’accélérer le renouvellement du parc locatif à un rythme d’un demi-million d’unités par an, d’ici 2017.

Cet objectif s’appuyant sur les PRIS (Points Rénovation Information Services) est relayé par les dispositifs d’aide et de facilité de prêt, notamment les crédits d’impôt et les écoprêts.Cet ensemble de mesures pourrait réduire la consommation d’énergie de 2,1 Mtep en 6 ans.

Quant à la nouvelle réglementation thermique de 2012, qui a instauré des points d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments, elle devrait permettre des économies estimées à 1,15 Mtep. Enfin, les actions contre la précarité énergétique sont effectuées au sein du programme « Habiter mieux » de l’Agence nationale de l’habitat.

Plus d’informations sur les prix et dispositifs d’isolation thermique, cliquez ici.

Services d’efficacité énergétique : un marché en développement

Une source du MEDDE a indiqué que la marge de manœuvre pour les services d’efficacité énergétique est encore élevée. Ce marché en fort développement, que la feuille de route a évalué à plus de 7 milliards d’euros en 2013, est encore loin d’atteindre son vrai potentiel.

En effet, ce dernier est estimé à 16 milliards d’euros par an rien que pour le bâtiment, selon l’Ademe. Un levier important pour atteindre ce niveau est la formation des professionnels. Ainsi, la récente mise en place du Programme FEE Bat (formation aux économies d’énergies des professionnels du bâtiment) devrait, dans un futur proche, améliorer les choses.

Source : http://www.domus-materiaux.fr/

Laisser un commentaire

*